Grève pour le climat au Canada : marche historique

Le 27 septembre 2019, à Montréal au Canada, des milliers de personnes se sont réunies pour une grève pour le climat.

Greve climat CanadaPrès d’un demi-million de personnes ont répondu à l’appel des organisateurs de la marche du 27 septembre. Du parc Jeanne Mance au boulevard Robert Bourassa, une marée humaine a envahi les rues de Montréal. De jeunes familles étaient de la partie avec des bébés en poussette. La foule était en majorité composée de jeunes enthousiastes, qui scandaient des slogans : ’sau-sau-sau-sauvons la planète.’’

Les Soeurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique (Céline Alie, Agnès Loiselle, Monique Bonnefoy, Lucille Cadieux et le Père Réal Doucet Missionnaire d’Afrique ont marché sous la bannière de la CRC (Conférence Religieuse Canadienne).  Des marches semblables ont eu lieu dans les autres grandes villes du Québec et du pays.

Tous ces marcheurs réclamaient une stratégie concrète et efficace de lutte contre la crise climatique et dénonçaient l’inertie des gouvernements. A la fin de la marche, un des organisateurs a lancé cette requête : ‘’Nous voulons une loi pour nous obliger à réduire nos émissions de gaz à effet de serre et nous voulons un plan pour en finir avec le pétrole et le gaz.’’  Ses propos ont été chaudement applaudis par la foule.

Greta Thunberg, qui marchait avec un groupe d’Autochtones, s’est adressée à la foule en ces termes : ’Les adultes nous disent que nous perdons notre temps, mais en fait nous changeons le monde. Nous sommes le changement et le changement arrive. Ce que nous disons est basé sur la meilleure science climatique disponible. (référence au plus récent rapport du GIEC).   Nous ferons tout en notre pouvoir pour éviter que cette crise empire. Si les gens qui détiennent le pouvoir ne prennent pas leurs responsabilités, nous le ferons’’. Elle a été longuement applaudie.

Ce fut la plus importante mobilisation à caractère environnemental de l’histoire canadienne.  Nous, les Soeurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique, avons marché pour un avenir plein d’espoir pour nos neveux et nièces et leurs enfants, pour les sans voix qui vivent en Afrique et ailleurs et qui subissent les conséquences désastreuses du réchauffement climatique. Nous avons marché en tant que porteuses d’espérance.

                                        Sr Lucille Cadieux, Montréal, Canada